Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» franlefou ça vous parles ?
Aujourd'hui à 7:42 par Salluste

» Ligne CA/CL française révélée
Hier à 14:50 par Salluste

» un drapeau FNFL dans wows ?
Hier à 11:01 par torquemada

» TUTO : les navires premium
Mer 21 Juin 2017 - 9:54 par the_dude

» Tableau d'honneur
Lun 19 Juin 2017 - 10:38 par the_dude

» Nouveau mode de jeu WOWS
Lun 19 Juin 2017 - 7:31 par daudo

» Kaga en vente aujourd'hui !!
Ven 2 Juin 2017 - 11:43 par torquemada

» Un petit teaser de WarGaming ?
Mer 31 Mai 2017 - 21:41 par AdmiralFrenchFry

» candidature
Mar 30 Mai 2017 - 13:28 par Salluste

Le chat marin

Ouvrir le tchat dans une popup.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 27 le Sam 23 Nov 2013 - 13:04

Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Ven 1 Oct 2010 - 18:52

LE FILS DU N.O.O.3.
(T.V.C.A II)

(Spéciale dédicace à Tenrou)


PROLOGUE.

Philotas se tenait bien droit devant la grille, un léger sourire énigmatique sur ses lèvres.
En face de lui, l'employé regardait d'un air dubitatif le tas disparate étalé sur son bureau.
-"Bon, je récapitule : deux Guns IJN 18" avec HE light et AP, un lance-hedgehogs premium de poche, un bloc de bulge, 255 au minimum, au moins, à vue d'oeil..., 2 flacons de Poppers, une carte de Membre Suractif du Fucking Blue Boy, une autre carte "Mégatoken" de chez Twowarcash (périmée), un feutre et un Poncho modèle "Clint Eastwood 1968" très usés, un bloc de 250 g de Gruyère..."
-"Etivaz."
-"Pardon?"
-"C'est de l'Etivaz AOC. Sa saveur unique provient de la richesse de la flore des alpages et de sa fabrication ancestrale en chaudron en cuivre sur feu de bois d’épicéa. L’Etivaz AOC se caractérise par son goût fumé délicat et aromatique qui varie selon le terroir et le savoir-faire de chaque fromager."
-"Bon O.K., Etivaz, alors...et une photo dédicacée de la Vache Bleue Milka. Bien, si vous ètes d'accord, vous signez là."
Philotas s'approcha d'un pas raccourci par les lourdes chaînes qui lui entravaient les chevilles. Il saisit le stylo et parapha d'un geste large le document de mise sous scellés.
-"Tout est en ordre", déclara l'employé. "Vous suivez les gardes, et bon voyage! Vous verrez, la prison d'état TNF est un véritable palace!" son sourire était du modèle "coup fourré administratif standard", le genre qui ne s'efface qu'à coup de barre de fer. Philotas soutint son regard, utilisant le vieux coup du "je te tiens, tu me tiens par la barbichette": on fixe l'espace entre les yeux de l'adversaire, ça fatigue moins. Le garde détourna les yeux au bout de quelques secondes, feignant d'ètre soudain très affairé. "Embarquez!"
Le garde le plus proche de Philotas lui colla un bon coup de crosse de 3"9 dans le creux du dos. "En route!"
Un couloir sombre, menant au quai d'embarquement; un APA Belfort aux couleurs TNF, hublots grillagés, vitres fumées; une étroite passerelle menant aux profondeurs du vaisseau; des gardes armés partout; une porte de cachot blindée.
-"Entre là-dedans!"
Obscurité; silence. La lourde porte qui claque derrière lui, des verrous qui se mettent en place.
Philotas resta aux aguets dans le noir. Une sensation bien connue; quelqu'un dans la cellule avec lui. Une présence; plus qu'une présence, une aura.
-"Salut, Koyoth."
Gloussement dans l'obscurité, puis une allumette qui s'enflamme et allume l'extrémité d'un Panatella Cubain.
-"Philotas." Le bout du cigare grésilla, illuminant brièvement le visage du Grand Méchant de Hood, l'homme qui a failli dominer le monde de NF, l'Archétype du Mal, Le Patron.
-"Tu me fais un bout de conduite?"
-"Crois bien que si j'avais le choix..."
-"Oui, je sais. Si tu avais le choix, tu serais dans le fauteuil du chef après m'avoir collé une rafale en pleine poire. Je ne t'en veux pas; le propre du Lieutenant ambitieux, c'est de réver de renverser le chef. J'espère seulement que tu sais que tu n'y serais pas arrivé, objectivement."
-"Un jour, il faudra bien régler ce petit problème de préséance entre nous; objectivement."
Une vibration; un vrombissement de moteur. L'APA quittait le quai.
Grésillement; lueur; visage entrevu.
-"Ouais. Un de ces quatre, on règlera ça, Philotas. Mais dans l'immédiat, je te propose plutôt de mettre ça de coté, et de marcher de nouveau avec moi. J'ai un plan."
-"J'adore quand tu as un plan."
Gloussement; grésillement, lueur; un sourire sur le visage de Koyoth.
-"Ecoute..."

****


Franchement, il aurait pu tomber plus mal.
Sachant que 70% de la surface de la planète est composée d'océans, et considérant qu'il ne savait pas nager, c'était de la chance d'ètre tombé en plein coeur du Grand Erg Marocain. Pense, s'il avait fallu nager avec la Boîte du Seigneur sous le bras...
Vas-y, positive.
Il ne s'était rien cassé, la boîte ne semblait pas avoir plus souffert à cause du choc; la porte de la capsule n'était pas coincée, et en plus il faisait beau!
Ah ça, pour faire beau, il faisait beau.
45° à l'ombre, au minimum. L'avantage, c'est qu'il n'y avait pas d'ombre. Parfait pour le bronzage, ça.
Allez, sois positif, merde!
Il était arrivé là au début de la journée, au moment ou le soleil se levait; il avait donc pu s'orienter; le soleil se lève à l'ouest, donc voici l'ouest, donc le nord est...à gauche. Donc, si je pars à droite, je vais...vers le sud. Mais d'en haut, en tombant, j'ai bien vu la mer sur ma droite. Bon, ça tournoyait un peu, mais disons, à droite. Positif. Donc, la mer est...au sud, et au bord de la mer, y'a des bars, des locations de pédalo, la civilisation, quoi. Donc je vais au sud, et dès que je suis au bord de la mer, je pique un pédalo, et...
Un éblouissement vint rompre le rythme de ses pensées. Ah si seulement il avait un peu d'eau...
T'inquiètes. Sois positif. Arrivé au bord de la mer, tu te prendras une bière.
Ah! Voilà quelque chose de positif! Des traces de pas, au sommet de la dune! Te voilà sauvé! Y'a plus qu'à les suivre...
Lèvres parcheminées, regard halluciné, mains crochées sur la boîte noircie, soutane en lambeaux, Torquemada commença avec obstination à suivre ses propres traces, le long d'un immense cercle tracé par lui-mème au coeur du désert.

(A suivre).




Dernière édition par olrik le Ven 1 Oct 2010 - 18:57, édité 1 fois

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par ifyters le Ven 1 Oct 2010 - 18:54

haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

de la lecture
avatar
ifyters
Faute d'orthographiste

Nombre de messages : 151
Age : 20
Localisation : le havre la puissance du port tkt 76 represente
serveur : hood
Date d'inscription : 18/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par torquemada le Ven 1 Oct 2010 - 19:22

Rhaaa lovely !!
Il est de retour et ca va chier , vous allez vous aimez les uns les autres, bordel de merde !!!

_________________
Il sortit dans un décor de jungle et de soleil levant, avec le tchouf-tchouf-tchouf dans les oreilles. Dans le lointain, un sitar plaqua un accord. Torque alluma une Lucky Strike et sourit.
-"J'adore l'odeur du Napalm au petit matin."
Il assura son vieux BAR à son épaule et partit chercher le Graal.

Fier "guide à la retraite"  de la FNFL





avatar
torquemada
Satan l'habite.

Nombre de messages : 3937
Age : 45
Localisation : Rhinau, le Rhin, L'Alsace.
serveur : Hood
Date d'inscription : 10/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Terou le Ven 1 Oct 2010 - 20:07

YEEEESSS !!!
avatar
Terou
Samouraïllette

Nombre de messages : 1318
Age : 29
Localisation : *
serveur : Hood
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Paledan le Ven 1 Oct 2010 - 22:25

Moi je trouve un peu bizarre cette histoire où Torquemada se déplace lentement en en rond. D'habitude, il me semble qu'il est plutôt en train de rusher à 50 noeuds en ligne droite, non ? Souhaitons-lui de se ressaisir...
avatar
Paledan
Maître Capello

Nombre de messages : 1557
Age : 48
Localisation : Trévou-Tréguignec
serveur : Europa
Date d'inscription : 03/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par vpierrev le Ven 1 Oct 2010 - 22:40

C'est Ténorme!! Bravo Tonton Nolrik!
avatar
vpierrev
Ex-buveur d'eau repenti

Nombre de messages : 1465
Age : 45
Localisation : Bruxelles
serveur : Europa
Date d'inscription : 05/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par 25Lago35 le Dim 3 Oct 2010 - 13:03

Une suite!? affraid

Chouette! encore de grand moments de bravoure et de poilade en perspective!

Merci Olrik! cheers
avatar
25Lago35
Fleet Member

Nombre de messages : 21
Age : 27
Localisation : Fougères - Bretagne
serveur : Vanguard
Date d'inscription : 08/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Lun 4 Oct 2010 - 10:07

CHAPITRE 1.


Le soleil tapait sur lui comme les 20" du Pharmilotas sur un flagship présomptueux. Il sentait ses pensées s'évaporer dans la cocotte-minute de son cerveau, ne laissant qu'un dépot noirâtre qui lui suintait par les oreilles.
Seule la positivité pouvait le sauver.
Cette piste devait bien mener quelque part, merde. En plus, régulièrement, une trace de plus venait se rajouter aux autres, venant toujours de la gauche; sûrement une piste très fréquentée, qui devait mener à la mer; peut-ètre que c'était marée basse, ce qui expliquerait la longueur de cette plage?
Mais le Seigneur est avec moi, je ne suis pas seul; qu'est-ce qui peut bien m'arriver si j'ai Dieu avec moi, pas qu'en pensée, mais en vrai, sous mon bras?
Puis le vent s'en était mélé, effaçant progressivement la piste, usant encore un peu la SD de la santé mentale de Torquemada sous son Pom-pom incessant de grains de sable dans la gueule.
Il avait continué tout droit. C'est facile d'aller tout droit, il suffit de ne pas tourner; axiome imparable qui a mené des générations entières de marins et d'explorateurs à des morts souvent peu reluisantes.
Il arrivait au sommet de la dune suivante (la soixantième, il les comptait pour passer le temps). Arrivé en haut, je ferai une petite pause, se dit-il. Se pas titubants le menèrent sur la crète. Ses yeux chassieux explorèrent la vacuité de l'immensité, paupières désséchées plissées sous la morsure du soleil.
Oh, merci, Seigneur.
Jamais je n'eusse osé souhaiter pareille félicité.
Sous ses yeux, légèrement tremblotante dans la chaleur, se dressait une structure. Il se frotta les yeux. Un mirage?
Non, décida t'il. Cela ne peut ètre un mirage. Le cocktail de la personnalité de Torquemada se composait d'un tiers de foi, un tiers de cruauté gratuite, et un bon tiers d'autosuggestion (*).
Certes, un esprit plus sain que celui de Torquemada eût frissonné devant les courbes de la structure, qui semblaient n'obéir à aucune des lois de notre univers cartésien; un esprit plus solide aurait renaclé devant l'aura de Mal Indicible qui émanait de cette construction mégalithique en ruine à demi-enfouie dans le sable, comme si une bourrasque venait juste de la dégager; un esprit plus encyclopédique et versé dans les connaissances obscures et occultes aurait fait le rapport avec la Cité Perdue du Mal Métaphysique que l'on disait se dresser au coeur de l'Erg Marocain, la Cité de Celui Que l'On Ne Doit Pas Nommer (**), qui est évoquée à mots couverts et emplis de terreur dans les écrits du Sage à moitié fou Tahar T'a Lakrèm et notamment dans son Mékilékon, compendium de secrets et de révélations mystiques dont on ne sait pas trop ce qu'elles doivent à des éclairs de compréhension prophétiques, ce qu'elles doivent à l'alcool de Dattes, et ce qu'elles doivent aux fameux coups de folie de Tahar (***).
Et surtout, un esprit un peu observateur aurait remarqué le panneau à moitié enfoui dans le sable presque aux pieds de Torquemada, qui disait en plusieurs langues "ATTENTION! CITE MYSTERIEUSE EMPLIE DE SECRETS ET DE MONSTRES TROP HORRIBLES POUR L'ESPRIT HUMAIN!!! NE PAS APPROCHER!!!!!!"
Mais nous savons bien que notre inquisiteur ne lisait jamais les panneaux ("C'est pour les Taffioles").
Aussi le regarderons-nous, impuissants, dévaler joyeusement le flanc de la dune, droit sur le mystérieux édifice.


*****

L'adjudant-Chef Skydiver regardait d'un air épanoui le spectacle rassurant d'une passerelle de commandement propre et reluisante, avec des voyants tous au vert, du personnel zélé s'activant en silence à des tâches subalternes sans lui casser les couilles, d'un radar vide à part les trois blips verts de ses Plutons d'escorte, et se disait qu'il avait bien de la chance d'avoir récupéré ce job pépère de transports de prisonniers pour le compte des TNF.
De la chance? Non, plutôt un sens inné du commandement, et surtout, une grande dextérité dans la science de l'élaboration de rapports subtilement orientés et décontractés par rapport au concept de "vérité".
Le rapport qu'il avait présenté sur les activités de la brigade lors des récents évènements (****) établissait sans l'ombre d'un doute que c'était le Squad de St Tropez qui avait rétabli la situation compromise à bord du "Sarko" et avait par le fait sauvé Navyfield tout entier de l'ignoble dictature du répugnant Koyoth. Aussi l'avait t'on récompensé en lui fournissant ce rutilant APA cellulaire, et en lui confiant des prisonniers de marque à transporter. Il est intéressant de noter que Skydiver ignorait le nom des prisonniers qu'il convoyait; heureusement pour la méticuleuse propreté de ses caleçons, qui eût été fort compromise s'il avait su.
Il donna l'ordre de signaler aux deux ailiers qui l'escortaient, Heilig et Ysion, de rectifier l'alignement, et de demander un rapport de routine au Pluton de tète, celui du Maréchal des Logis-Chef Rastacouaire (qui se la pétait pas mal depuis qu'il avait son Queen Victoria, ce qui conduisait Skydiver à lui confier les missions les plus chiantes et/ou dangereuses). Juste histoire de rappeler à ces sous-fifres qui était le Chef du convoi.
L'enseigne Yfiters qui était de quart à la passerelle, leva la tète.
-"Jusse Teman, chaiffe. Le Maraichalle ds logis envwa un messaje urjan. Jevou la fish sur vot écren."
Le message était simple, clair et précis.
-"Gros blip sur l'avant, se dirigeant droit sur nous. Encore un peu loin pour mon FCS. Suggère prise de mesures défensives."
Ce Maréchal des Logis Chef! Quel culot! Suggérer! A lui, le Chef du convoi! Non mais!
Cependant, c'était peut-ètre un sage conseil, pour une fois. C'était sûrement pas grand-chose, ces parages étaient assez fréquentés, mais on est jamais trop prudent (et puis ça ferait bien sur le rapport).
-"Ralentissez un peu la vitesse, et changez le cap au 140. Signalez aux unités d'escorte de garder ce blip à l'oeil."

Le rythme des machines se modifia subtilement. Koyoth leva les yeux de sur son mélange (un tiers tabac, deux tiers Afghan).
-"Ca va ètre l'heure."

(à suivre).


(*) Et surtout, ne pas oublier un tout petit tiers de Picon, quand il y en a de disponible, ce qui n'était pas le cas à ce moment-là de notre histoire.
(**) C'est pourquoi je ne la nommerai pas.
(***)Que l'on surnommait "Tahar le félé" quand il ne pouvait pas entendre; lui aurait préféré "Tahar le J'ai-juste-ces-putains-de-migraines".
(****) Voir "Tu vas crever, Asdélika", mème éditeur. Quoi? Vous ne l'avez pas lu? Qu'est ce que vous foutez là, alors?

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par torquemada le Lun 4 Oct 2010 - 11:10

Ca y est on est en plein lovecraft maintenant,
tiens je vais me servir un Picon, c'est l'heure de l'apéro ! Very Happy

_________________
Il sortit dans un décor de jungle et de soleil levant, avec le tchouf-tchouf-tchouf dans les oreilles. Dans le lointain, un sitar plaqua un accord. Torque alluma une Lucky Strike et sourit.
-"J'adore l'odeur du Napalm au petit matin."
Il assura son vieux BAR à son épaule et partit chercher le Graal.

Fier "guide à la retraite"  de la FNFL





avatar
torquemada
Satan l'habite.

Nombre de messages : 3937
Age : 45
Localisation : Rhinau, le Rhin, L'Alsace.
serveur : Hood
Date d'inscription : 10/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Ven 15 Oct 2010 - 13:02

Chapitre I (suite).
EXTRAIT DU "MEKILEKON" Par Tahar T'a LAKREM (Editions de l'inlisable)
"Et aynsy je m'approchay de la cytée payrdue, et je vys moulte mayrvayes car j'avays oublyay ma casquaytte et le solayl tapay quelque choze de byayn. Je fys byen attentyon à evytay le portayl pryncypal, car yl est ecryt dans les chronyques "prends la porte etroyte sy tu ne veux pas l'avoyr dans le (illisible)". Sy grande étayt ma devotyon et ma soyf que je ne pouvays m'empechay de tremblay en approchant de l'autel du Grand Dyeu Que l'On Ne Doyt Pas Nommay, le Grand, l'Yncroïable, le Fantabulesque Flatulens, Dyeu des vents ah mayrde je l'ay dyt..."

Torquemada s'approchait d'un pas décidé vers la Grande Porte lorsqu'il eut l'attention attirée par un scintillement au coin de son oeil. Il s'arréta et son regard halluciné balaya l'étendue de dunes devant lui. Que de dunes, dis-donc, se dit-il. Encore un reflet, comme...comme...
-"Comme un reflet sur un pare-brise", parla-t'il tout seul et à haute voix. "Seigneur, vous ètes vraiment plein de bontés avec votre Humble Serviteur!"
Les flancs de la vieille Range Rover décatie etaient couverts de poussière, mais on distinguait encore les macarons de l'agence de tourisme: "Nikotte tours : balades dans le désert, chameaux, 4x4, charme, dépaysement, exotisme". A coté de la Range, et comme elle à moitié ensablé, on distinguait encore les restes d'un campement de fortune; tente, parasol "Pastis 51", table de Camping pliable. Un squelette ma foi fort bien conservé était d'ailleurs assis à la table, osselets crispés sur un verre à Pastaga plein de sable. Torquemada contempla les restes humains sans émotion : il en avait vu bien d'autres.
Le squelette était encore habillé d'un vieux chandail de marin à col roulé, d'une casquette d'officier de U-Boote moisie, et d'un foulard roulé autour du cou ou l'on lisait encore "VII-C for ever".
-"Pauvre vieux Nikotte...c'est donc pour ça qu'on te voit plus en jeu..." Torquemada hocha la tète; Nikotte avait été un des premiers à posséder un SS3 aux Jours Heureux de la Flotte, et son habileté sous-marinière était légendaire mème chez les rookies actuels.
-"Enfin, bref, tu tombes à pic, si j'ose dire. 'Doit bien y avoir un truc ou deux à glaner dans ton équipement..."
Pas d'eau, évidemment.
Par contre, une caisse de bouteilles de "Vieux Rhum de Nick Tamerh", vieilli en fût de chène, bien à l'abri du soleil dans une cantine cerclée de fer dans le coffre.
Torquemada en ouvrit une, plus par acquit de conscience qu'autre chose, et prit une gorgée du liquide tiède et ambré.
Brouhahahahffff, c'est fort.
Encore une fois, nous ne pouvons que déplorer cette tendance irraisonnée (mais si typique) de Torquemada à éviter de lire les étiquettes et autres panonceaux explicatifs; s'il le faisait, il aurait vu que la caractéristique du "Vieux Rhum de Nick Tamerh", c'est d'ètre vieilli en fut de chène avec des champignons de type Psylocibe mexicana. Les effets classiques sont : apparition d'une ivresse avec relaxation corporelle, troubles psychiques d'apparition relativement rapide (à peu près 45 minutes), rires inexpliqués, modifications des sensations et perceptions (formes, couleurs des objets). Sur le plan physique, on observe une mydriase (dilatation des pupilles), une brachycardie (baisse du rythme cardiaque), une baisse de la tension artérielle, des troubles de l'équilibre. En revenant aux effets psychiques - qui sont les plus marquants - on remarque une désorientation temporo-spatiale, avec pertes de repères dans l'espace et dans le temps, des visions colorées - et très agréables - mais il faut noter que cette amplification du pouvoir perceptif, la capacité d'introspection, amène une attitude contemplative. En général, le sujet ressent des modifications de l'humeur (euphorie, contentement de soi); rarement un malaise diffus avec des bouffées d'angoisse, voire des attaques paniques.
En termes simples, c'est ce qui s'appelle tomber de Charybde en Scylla.
Sa soif le poussa à écluser encore quelques bonnes doses (ATTENTION! était-il marqué en tout petit sur la bouteille. NE PAS BOIRE PLUS D'UNE GORGEE PAR JOUR!) alors qu'il inventoriait le matériel. Il eut la joie de trouver toute une boite à outils, ainsi qu'un ordinateur portable en bon état, une Radio HF, un banc de soudure de camping, des pièces de rechange...
En chantonnant "Le seigneur est mon berger, et je suis son Bulldozer", un vieux chant grégorien de son enfance, il se mit en devoir de réparer l'unité centrale XAV 81000, en ricanant parfois sans raison. Le vent hurlait bizarrement dans les ruines cyclopéennes derrière lui.



Larkin sentit lui aussi le rythme des moteurs de l'APA se modifier, et l'eau du bac à plonge se rida imperceptiblement lorsque le navire se mit à vibrer et à changer de cap. C'est le moment, se dit-il.
Il essuya ses mains à son tablier, et sortit discrètement du coin plonge de la cuisine centrale. Il s'empara au passage de ses accessoires de camouflage standards (un balai et un seau), rectifia la position de sa perruque qui avait tendance à glisser quand il se penchait pour faire la vaisselle, et sortit dignement dans le corridor central.
Une lointaine sonnerie d'alarme venant de la passerelle se fit entendre, précédant la ruée de plusieurs membres de l'équipage vers leur postes de combat. Nul ne lui préta attention: tout le monde connaissait sa fantomatique silhouette errant dans les couloirs, et personne ne fut surpris lorsqu'il se dirigea vers le bloc des cellules.
Le couloir menant aux Geôles était gardé par deux balèzes qui avaient arrété leur partie de cartes lorsque l'alarme avait sonné.
Larkin se mit en mode "approche furtive" c'est à dire qu'il pénétra dans leur champ de vision en passant d'un air las la serpillère sur le sol et en chantonnant "Un jour mon Prince viendra", paroles de Walt Disney, arrangement de Linda de Suza (*). Il se rapprocha insensiblement des gardes.
Les deux hommes le regardaient approcher sans alarme, assis sur leurs chaises; il les avait habitués à son passage une fois par jour. Lorsqu'il fut proche d'eux, il marmonna d'une voix de fausset "les pieds, s'il vous plaît", et ils soulevèrent leurs jambes pour le laisser nettoyer le sol sous eux.
Il engagea le balai sous les deux chaises, et exerca une torsion suivie d'un mouvement ascendant si fulgurant que les deux gardes se retrouvèrent les quatre fers en l'air sans coup férir, avec un synchronisme digne des vieux films de Mack Sennett (**).
Il les finit d'une manière (tout aussi) fulgurante à grands coups de bottes ferrées dans la face, s'empara des clés, les fit tourner dans la serrure.
Le grand sourire de Koyoth ne s'altéra pas une seconde lorsqu'il découvrit Larkin dans son accoutrement.
-"Alors, finalement nous voici sauvés par la Princesse Cendrillon en personne...pas de problèmes, Larkin? Avec la robe, je veux dire."
-"Non, c'est du taffetas, ça sèche super-vite et ça ne tient pas chaud."
-"C'est pas précisément ce que je voulais dire...bon, bref, tu as le matos?"
Sans mot dire, Larkin renversa son seau par terre, laissant tomber deux 16" de poche et diverses armes de poing variées et diverses.

(à suivre).

(*) Oui, je sais ça dit rien aux jeunes. Mais ça fait frissonner les vieux, pas vrai?
(**) Tapez "Mack Sennett" sur Google, bande d'incultes. Qu'au moins cette lecture vous serve à quelque chose.


Dernière édition par olrik le Lun 18 Oct 2010 - 9:41, édité 1 fois

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par torquemada le Ven 15 Oct 2010 - 13:47

Il s'appelait le gougnafier, le VII-c de Nikotte! juste pour le realisme de l'histoire ...

Ah c'est bon de rire un bon coup par jour !
" c'est du taffetas ca seche hyper vite et ca tient pas chaud" MDR Laughing

_________________
Il sortit dans un décor de jungle et de soleil levant, avec le tchouf-tchouf-tchouf dans les oreilles. Dans le lointain, un sitar plaqua un accord. Torque alluma une Lucky Strike et sourit.
-"J'adore l'odeur du Napalm au petit matin."
Il assura son vieux BAR à son épaule et partit chercher le Graal.

Fier "guide à la retraite"  de la FNFL





avatar
torquemada
Satan l'habite.

Nombre de messages : 3937
Age : 45
Localisation : Rhinau, le Rhin, L'Alsace.
serveur : Hood
Date d'inscription : 10/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par MrMinh le Ven 15 Oct 2010 - 14:15

o7 Nikotte
Aux morts !

MrMinh
Tu leurres personne, on sait bien que tu es Asdélika.

Nombre de messages : 1590
Age : 105
Localisation : :!
serveur : mpo
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Terou le Ven 15 Oct 2010 - 15:46

C'était donc Larkin la taupe.



Dernière édition par Terou le Ven 15 Oct 2010 - 16:13, édité 1 fois
avatar
Terou
Samouraïllette

Nombre de messages : 1318
Age : 29
Localisation : *
serveur : Hood
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Invité le Ven 15 Oct 2010 - 16:12

CQVD myope x)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Ven 15 Oct 2010 - 21:25

Suite du Chapitre I.

Alors que Koyoth (par pure perversité) logeait deux balles dans la tète des gardes devant la porte de la prison (sur la passerelle, une brève mention apparut :
"2 rookies sailors are killed"), Skydiver voyait se matérialiser devant lui un cauchemar qui trempait ses racines loin au fond du cloaque de son enfance (malheureuse) au sein de l'orphelinat des Petits Gendarmes sans mère (ni père , par définition) de Fouzy-la-Grosse (Haute-Loire). Il se rappelait encore, parfois, lors de ses réveils humides d'après cauchemar, l'âme et le caleçon en débandade, de cet horrible jouet-Robot rébarbatif et sinistre qui était censé égayer ses tristes et moroses journées entre deux cours de tactique Gendarmesques et les corvées de cirage de chaussettes à clous. C'était un vieux Goldorak auquel il manquait les deux Fulguro-poings, ce qui lui faisait deux bras horriblement et grotesquement tronqués. Son regard exorbité le mettait mal à l'aise à tel point que lorsqu'il se réveillait la nuit, il ne pouvait se lever si les yeux de son Robot étaient braqués sur lui, et inévitablement, il lui fallait changer ses draps le matin (sans préjuger de la raclée subséquente).
Et là, des années plus tard, son cerveau au bord de la folie régressive, son sphincter contracté à un point proche de l'implosion hémorroïdaire, il regardait se déployer sous ses yeux ébahis un Super-Yamato transformer rose Bonbon qui lui rappelait inexorablement son vieux jouet, mais qui, en mème temps, était en train de démantibuler méthodiquement son escorte de Plutons (au bord de sa conscience, il entendait dans la phonie les cris du Maréchal des Logis-Chef Rastacouaire, coincé dans l'épave tourbillonnante de son Pluton, gueulant "Au secours, Mon Adjudant-Chef! Au secours!"). En mème temps, c'était pas des coups de pétard qu'il entendait, dans le couloir? (en contrepoint des hurlements de Rastacouaire, des messages continuaient à s'afficher sur le coin de son moniteur : "2 rookies sailors are killed" , "ten experts and an officer are killed"...) Il déglutit et tenta de réagir.
-"Ouvrez le feu!" Il était sur d'avoir hurlé, mais ce qui sortit ressemblait plutôt au couinement de la souris à la queue coincée dans le piège et qui regarde s'approcher le chat de la maison. Mais au moins on l'avait entendu : les guns de pont commencèrent à tirer, sans grand effet apparemment.
Il fit tourner à fond sa barre vers Tribord, tentant d'éviter la grande main qui se tendait pour attraper son APA. Pure perte. Les gros doigts se refermèrent sur le navire qui craqua dans toute sa structure. Tant pis, se dit Skydiver, Goldorak ne m'aura pas vivant. Il se pencha sur la console, la main tendue vers le bouton d'autodestruction rapide (*).
Dans un fracas de fin du monde, la porte de la passerelle céda sous l'assaut de deux décharges de 16" à bout touchant et Philotas fut à ses cotés en deux secondes, le canon fumant de son pétard braqué entre les deux yeux de l'adjudant (qui se mit à loucher alors que finalement, ses sphincters surmenés làchaient).
-"Je sais" dit doucement Philotas, son accent Suisse exagérément brandi. "Je sais, tu te demandes s'il me reste des cartouches dans mon flingue...franchement, dans ce bordel, j'avoue que j'ai pas compté les coups...peut-ètre qu'il est vide, après tout...la question importante que tu dois te poser, c'est "est-ce que je me sens en veine aujourd'hui?"...alors, tu bouges?"
La main de Skydiver s'éloigna douuuuucement, douuuucement du bouton.
-"Philotas, j'aime ton style." La douce voix de Koyoth acheva de paniquer Skydiver qui se roula discrètement en boule et entreprit de sucer son pouce.
-"Envoie le message à Tenrou, et on bascule à bord de son truc rose aussitôt que possible."
-"Okay Patron", fit la femme de ménage en s'installant vivement à la console de commandes (non sans décocher un méchant coup de pompe à l'enseigne Yfiters).
La femme de ménage? Ca y est, je suis raide dingue, pensa Skydiver avant de perdre conscience.

Avant de quitter le bord, Koyoth activa la balise de détresse de l'APA pour que les TNF puissent repérer et secourir les survivants. Il croisa le regard surpris de Philotas.
-"Publicité. Quand les TNF vont arriver et vont trouver Skydiver bavant, plein de merde dans son caleçon, ils vont savoir qu'on est de retour en pleine forme. C'est toujours sympa d'annoncer la couleur."
La petite navette de transport approchait maintenant de l'énorme coque rose bonbon du Super-Yamatransformer qui s'était remis en position navire de combat. Sa valise à la main, Larkin contemplait le cuirassé avec des yeux brillants.
-"Il est super-chouette, non? Je veux le mème!"
Echange de regards entre Koyoth et Philotas; divers mouvements de sourcil; un ou deux sourires réprimés.
La navette fut avalée par la baie du hangar qui se referma immédiatement. Le Navire géant se mit en mouvement, droit vers les franges de la Galaxie.

Contraste violent avec l'extérieur. Des lignes épurées, des matières nobles (cuir noir, bois précieux), une passerelle de commandement immaculée, presque vide. Un petit vase de fleurs artistement arrangé sur une table basse, un service à thé en porcelaine de Chine, une théière fumante.
-"Tu sais que je l'ai jamais vue, Tenrou?" chuchota Koyoth, gagné par le calme quasi Zen qui se dégageait de la salle.
-"Ah bon? Pas étonnant, remarque. Personne ne sait à quoi elle ressemble. On connait mème pas sa voix."
-"La voila! C'est elle!" jubila Larkin, alors que la porte s'ouvrait silencieusement.
Tenrou pénétra dans la salle. Elle était vétue d'une tenue de Ninja d'un noir si noir que le noir, à coté, faisait pas noir. Gris foncé, à la rigueur. Une capuche (noire) remontée sur son crane laissait son visage dans l'ombre. Elle avanca d'un pas glissé, silencieusement, vers les trois hommes médusés.
-"...euh...enchanté..." la voix de Philotas était absurdement rauque dans le silence pesant.
-"Vous prendrez bien un peu de Thé?" une voix feutrée, asexuée.
Ben dis donc, pensa Koyoth. On est de la revue pour savoir à quoi elle ressemble en vrai. Je suis mème pas sûr que ça soit une fille.
Tenrou leur servit le thé, suivant le rite Japonais ancestral (**), sans qu'une parole soit échangée.
Ils burent.
Ils se turent.
Ils reburent.
-"Joli navire, que vous avez là." Larkin. Toujours aussi émerveillé. "Chouette couleur, et tout. Impressionnant!"
-"Peut-ètre un peu voyant, cependant, si je peux me permettre" fit Philotas, en cherchant des yeux un philodendron où balancer discrètement son thé (mais y'en avait pas).
Un mouvement dans l'obscurité, sous la capuche. Un sourire?
-"Justement" fit la voix asexuée dans un murmure. "Ils vont remuer ciel et terre pour trouver un Super Yamato rose bonbon aux couleurs FNFL. Mais..." un geste, un écran qui s'allume, montrant une vue du vaisseau fonçant dans l'espace. "Comme vous pouvez le constater, la couleur du vaisseau a été modifiée. C'est à présent un Yamato tout à fait normal; juste un petit changement de Sprite. De mème, nous battons à présent pavillon aux armes du Squad "Eagle", le Squad d'Ihnett l'Autiste lui-mème. Personne nous posera de question."
Koyoth s'inclina sans rien dire, un sourire au coin des lèvres.

Tenrou leur montra leurs cabines. Ils prirent une douche bien méritée, et revétirent les tenues de Campagne FNFL prévues pour eux; galons de Chef de Flotte pour Koyoth, barrettes de Commandant pour Philotas; ça va se payer, pensa t'il lorsqu'ils se retrouvèrent sur la passerelle.
Larkin mit du temps à les rejoindre. Logique, pensèrent-ils; le vernis à retirer, le déguisement à faire disparaître.
La porte d'entrée coulissa enfin sur l'entrée de Larkin. A couper le souffle.
Philotas et Koyoth n'osaient pas parler, encore moins se regarder.
-"Vous en dites quoi?" Larkin virevolta devant eux. "Une authentique réplique de la robe de Bal de la Princesse Aurore dans "La belle au bois dormant"! Soie sauvage et Dentelles de Bruges!"
-"Stupéfiant" souffla enfin Koyoth.

(à suivre).


(*) Ce coup-ci, pas de compte à rebours.
(**) C'est long.


Dernière édition par olrik le Lun 18 Oct 2010 - 9:43, édité 4 fois

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Terou le Ven 15 Oct 2010 - 21:59

Olrik, rassure moi l'"authentique réplique de la robe de Bal de la Princesse Aurore dans "La belle au bois dormant"! Soie sauvage et Dentelles de Bruges!", c'est Larkin qui l'a amené a bord, ne me dis pas que j'avais ça quelque part sur mon navire ?
avatar
Terou
Samouraïllette

Nombre de messages : 1318
Age : 29
Localisation : *
serveur : Hood
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Ven 15 Oct 2010 - 22:07

Si tu regardes bien, Larkin a sa valise à la main quand il comtemple ton Yammi dans la navette. J'avais prévu le coup.

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Terou le Ven 15 Oct 2010 - 23:02

Par contre il t'a fait quoi Skydiver pour mériter ça ?
avatar
Terou
Samouraïllette

Nombre de messages : 1318
Age : 29
Localisation : *
serveur : Hood
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Invité le Ven 15 Oct 2010 - 23:06

C'est pour la gloire, donc ça pose aucune problème à Sky.
Tu peux pas comprendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par skydiver le Ven 15 Oct 2010 - 23:33

Je pense que je vais sortir un tuto pour ceux qui veulent jouer pour la gloire.

M'enfin là une flotte de Pluton, je pensais que c'était imbattable (testé moults fois en jeu), pas très crédible tout ça...
avatar
skydiver
Al Capote

Nombre de messages : 704
Age : 31
Localisation : Toulon
serveur : Hood
Date d'inscription : 01/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Dim 17 Oct 2010 - 22:38

Puisque Katkatman ne me fait pas d'illustrations, tant pis je m'y colle.

C'est un peu léger au niveau effets spéciaux, mais c'est un début.

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par olrik le Lun 18 Oct 2010 - 9:40

Chapitre 2.


Yams 42000 était assis sur le banc devant le bureau d'Altharius, les deux mains sagement posées sur ses genoux. Sa nouvelle tenue de TNF était très seyante, franchement, mais elle était quand mème un peu austère; pas de poches sur les cotés, pas une seule bande Adidas, mème pas un petit logo Tacchini pour dire; triste, quoi. Il était mème interdit de mettre la casquette réglementaire à l'envers; sans déconner! Tout cela influait négativement sur l'humeur de Yams, le nouvel agent N.O.O.3 depuis la démission d'Asdélika.
Il se demandait vraiment ce qui l'avait pris de quitter sa retraite Pakistanaise pour s'engager chez les TNF. Bon, la solde, bien sûr, plus de token qu'il pourrait jamais en dépenser; le petit coté bizness aussi, la possibilité de se faire des petits à-cotés fructueux; le prestige, enfin, la possibilité de draguer fastoche dans les bars et les soirées avec son bel uniforme, d'ètre servilement salué par les noobs dans les battle-rooms; tout ça c'était très bien. Mais bon, à l'usage...y'avait relativement peu de gonzesses à draguer dans les battle-rooms, finalement; quand aux avantages en nature...bon quand tu as 600 vets et 300 experts par marin, tu atteins une espèce de niveau ou tu peux rien rajouter; quand aux fameux 9000 de SD "spécial TNF", c'était rien qu'une putain de légende!
De plus, un vent de changement soufflait dans les rangs des TNF depuis l'affaire Koyoth, et ce vent amenait des relents désagréables aux narines de Yams. Déja, le temps d'altharius, de ses dépenses somptuaires et de ses notes de frais illimitées touchait à sa fin; le chef TNF était donné sur le départ, et Yams le regrettait déja sans avoir eu le temps de vraiment le connaître. C'était un gars avec qui il aurait vraiment pu s'entendre, pensait-il; pas le genre à éplucher de trop près les notes de frais si le boulot était fait. Mais son successeur...
Ce Madkicker, franchement...une tète de puritain de Louisiane, le genre à garder un contrôle strict sur les dépenses de bureau, au crayon près; le style de mec qui garde la clé des chiottes et qui minute, chrono en main, le temps d'usage par salarié...
Pfff.
La porte du bureau d'Altharius s'ouvrit, et Altharius et Asdélika en sortirent, discutant (Yams perçut les mots "Starcraft" et "île d'Arros" au passage); Altharius décrocha la plaque en émeraude gravée de platine à son nom sur la porte du bureau. Asdélika salua Yams de la main et se dirigea vers la sortie, bavardant toujours avec l'ex-chef TNF. Yams les regarda s'éloigner avec regret. Tout l'ancien régime qui se barrait.
Après un certain temps, Yams vit Madkicker qui s'approchait de lui, une plaque en plastique sous le bras. Le nouveau chef TNF ressemblait à un jeune cadre dynamique chargé de réorganiser un service en virant les trois quarts du personnel. Une aura d'efficacité glacée le nimbait. Brrr, pensa Yams.
Après avoir installé sa plaque sur la porte ("Madkicker" tout court, gravé en plastique gris), il entra dans le bureau et, de la tète, fit signe à Yams de le suivre.
Le bureau gardait un zeste de l'ancienne splendeur d'altharius (le parcours de minigolf était toujours là, par exemple) mais la grimace de Madkicker laissait présager du nettoyage par le vide d'ici peu.
-" fmekhfgisqdukqugbq fdhlqoeg,dry, Yams" dit Madkicker.
Comme la phrase s'accompagnait d'un geste vers la chaise en face du bureau, Yams répondit "iesse" et s'assit.
Le drame secret de Yams était qu'ayant été recruté par le francophone Altharius et entrainé par le français Asdélika, personne ne s'était encore aperçu qu'il ne pigeait pas une rame aux langages exotiques et étrangers tels que l'anglais ou l'allemand. Il pensait confusément que peut-ètre ça pourrait nuire à son avancement, aussi tentait-il de dissimuler ce léger défaut dans son CV en répondant "iesse" aux endroits appropriés, comme il l'avait vu faire dans les films de Bourvil de son enfance. Jusqu'à présent, personne ne semblait se douter de rien.
Madkicker étudia un instant un document devant lui, puis prit la parole sans regarder Yams.
-"fesfdtrue Koyoth sy Philotas dferdtgrbt gterrets ppooppptte det Skydiver shit blood and guts" dit-il, enfin un truc comme ça.
-"iesse."
-"Goddamned ffrtet cooof viusd agalagla sprotch fuck bastard sonofabitch!" le ton était comminatoire, voire fulminant. Ca sentait le gaz.
-"iesse?"
-"ggeuuf diit d rraes qque dmmpbbbfbet immmédiately! And quick!"
-"Euh...ouèlle..aÏe donte laïke Quick, aïe préfère Mc Donald" rassembla-tout-son-anglais Yams. C'était sympa de la part de Madkicker de l'inviter au Quick, mais après il était sujet à des flatulences effroyables.
Madkicker l'étudia quelques instants par-dessus son document, se demandant visiblement quelle attitude prendre. Il choisit apparemment finalement de considérer la phrase de Yams comme un trait d'humour au douzième degré, finement amené mais incongru dans une circonstance si grave (et Yams se demanda qu'est-ce qu'il y avait-t'il bien pu se passer.)
Madkicker sourit, fente grisâtre dans sa face de caveau sous la lune.
-"ggrifdf vvsissot uuuannd second in command ssudffe ebb vrut! Execution!" éructa-t'il. Il tendit le document qu'il étudiait à Yams, puis se leva, signe international que l'entretien était terminé.
Yams se saisit du document et se leva à son tour. "Cinq ïou." Il exécuta un salut impeccable, se retourna réglementairement en pivotant sur les talons, et sortit dignement, trébuchant à peine sur ses lacets (faudrait qu'il se trouve de bonnes pompes à scratchs, et vite).
Madkicker le regarda sortir, sa face irradiant la désapprobation.

Dehors, Yams étudia brièvement le document, juste pour vérifier qu'il y pigeait que dalle. Il se dirigea d'un pas qu'il espérait ferme et décidé vers le mess des officiers. L'ambiance y était à la morosité; la décision de la nouvelle direction de supprimer les boissons alcoolisées devait y ètre pour quelque chose. Yams s'assit dans un coin, commanda un café (enfin, il espérait que le garçon comprendrait qu'il voulait un café) et sortit son portable.
Il était temps de demander de l'aide. Tutitutitutititituti!
Il laissa sonner plusieurs fois (il connaissait le lascar, valait mieux ètre patient).
Déclic de décrochage.
-"Mhhhhh? Qui ose? A cette heure-ci?"
La voix ressemblait à un vagissement de pélican gorgé de tètes de poissons qui passent mal et englué dans du pétrole brut jusqu'aux yeux.
-"Ben, tu sais, c'est 14 h...de l'après-midi", précisa Yams, serviable. "Salut Olrik. C'est Yams 42000."
-"Kestuveux?" bruit de flotte chutant dans un égout; Olrik se réveillait à coups de pinard à froid. Traitement efficace à court terme, déplorable à plus long terme (surtout en terme de foie).
-"J'aurais besoin de ton aide..." Yams expliqua (en termes simples) ce dont il avait besoin.
-"Donc pour résumer" fit Olrik, "ce qu'il te faudrait c'est un gars de chez nous, débrouillard et qui parle étranger?"
-"Exactement."
-"Et qu'est-ce qu'on y gagne, nous, les FNFL?"
-"Ben...écoute...si tu m'aides, je te tiendrai au courant des patchs à venir, et des diverses décisions TNF..." gros mensonge, vu que les diverses rumeurs étaient en étranger, mais Yams comptait sur la gueule de bois d'Olrik pour que ça passe." (*)
-"Mhhh...pas suffisant...dis-moi, tu as récupéré les marins d'Asdélika, pas vrai?"
Aïe. La tuile. Comment était-il au courant? Le problème était qu'il avait déja revendu les marins en question, en réalisant un joli bénef au passage.
-"Euhm...oui, mais bon...tu sais c'est que des prémium boostés, non tradables..."
-"Et mes fesses, c'est de la pintade?" (**) Ecoute, si on récupère les marins d'Asde pour la flotte, y'a moyen de s'arranger..." (***)
-"Bon, ok, on en reparlera...Qui tu peux me passer?"
Un ange passa, les ailes chargées de non-dits, de calculs savants et pervers, et d'enculades sous-jacentes.
-" J'ai peut-ètre quelqu'un...bon, tu connais le Bar de la Narine, le QG FNFL?"
-"Bien sûr."
-"Rends toi là-bas ce soir, vers 20 h 30. On verra ce qu'on peut faire."

(à suivre.)


(*)Authentique.
(**) Non, en vrai, j'ai dit "et mon cul, c'est du poulet?"
(***)C'est bien la preuve que nous sommes en pleine Science-fiction. Parce que la Flotte, elle risque pas de voir la couleur des marins d'Asde...




Dernière édition par olrik le Lun 18 Oct 2010 - 17:24, édité 2 fois

_________________
«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
« Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député ! »
Winston Churchill.
- Doit-on mettre un silencieux pour abattre un mime?
Détenteur 2016 du Slip d'Aétise sur Blood Bowl.
avatar
olrik
Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

Nombre de messages : 4232
Age : 51
Localisation : Izon (Gironde)
serveur : Un demi, une mauresque et des cahuètes, steuplé.
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par torquemada le Lun 18 Oct 2010 - 10:54

Ca me rapelle une histoire connue tout ça....Yams, patch, madkicker etc...scratch
trop fort , comme d'hab king

_________________
Il sortit dans un décor de jungle et de soleil levant, avec le tchouf-tchouf-tchouf dans les oreilles. Dans le lointain, un sitar plaqua un accord. Torque alluma une Lucky Strike et sourit.
-"J'adore l'odeur du Napalm au petit matin."
Il assura son vieux BAR à son épaule et partit chercher le Graal.

Fier "guide à la retraite"  de la FNFL





avatar
torquemada
Satan l'habite.

Nombre de messages : 3937
Age : 45
Localisation : Rhinau, le Rhin, L'Alsace.
serveur : Hood
Date d'inscription : 10/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Paledan le Lun 18 Oct 2010 - 10:56

qlkfhqf qzhmpiouv zvpîo Very Happy %~° !! Laughing
avatar
Paledan
Maître Capello

Nombre de messages : 1557
Age : 48
Localisation : Trévou-Tréguignec
serveur : Europa
Date d'inscription : 03/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par MrMinh le Lun 18 Oct 2010 - 14:11

Madkicker est de Louisiane
Et la derniere fois que j'ai filé des marins (à prix d'ami en plus. De beaux FP base 8 élevés avec amour et insouciancre) à un certain colonel, il les a revendu le double à un Taube crédule.
Et puis la majorité de mes marins étaient en effet des prem. A part les US, des bases 8 et 9 aussi ^^
Cela dit j'avoue que j'aurais pu au moins proposer mais je suis un peu parti brutalement et maintenant j'ai desinstallé le jeu.
Je me suis bien marré sinon, ca promet ce nouvel épisode cheers

MrMinh
Tu leurres personne, on sait bien que tu es Asdélika.

Nombre de messages : 1590
Age : 105
Localisation : :!
serveur : mpo
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du N.O.O.3. (T.V.C.A. II)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum